Carpaccio, Tintoret, Tiepolo … ou la ferveur des confréries à Venise

Lundi 4 mars 2019 à 14h30, auditorium du musée de Grenoble
Carpaccio, Tintoret, Tiepolo … ou la ferveur des confréries à Venise
Par Fabrice Conan, historien de l’art


Dès le XIIIe siècle, des scuole (confréries) s’organisent par métiers ou pays, dans un but d’entraide et de bienfaisance entre les membres. Pour illustrer leur foi, des cycles décoratifs sont commandés aux plus grands peintres. Dans un registre intime Carpaccio peint avec détails les vies des saints Georges et Jérôme pour la scuola des Schiavoni (dalmates). Dans un élan grandiose, Tintoret brosse des toiles exceptionnelles pour la scuola San Rocco. Jusqu’au XVIIIe siècle avec le projet doux et sensuel de Tiepolo aux Carmini, ces confréries fonctionnent. Puis vient Napoléon, la suppression des ordres en 1806, mais de nombreux lieux témoignent de la ferveur des Vénitiens au temps de sa splendeur.


tarifs : 10€ – adhérent 8€ – réduit 4€


photo : Vittore Carpaccio, Le Triomphe de saint Georges, 1502, Scuola di San Giorgio degli Schiavoni, Venise, Italie