La peinture avant la peinture : Fantin-Latour arrangeant ses fleurs

mercredi 10 mai 2017 à 19h30, auditorium du musée de Grenoble
La peinture avant la peinture : Fantin-Latour arrangeant ses fleurs
Par Laurent SALOMÉ, conservateur en chef du château de Versailles


Henri Fantin-Latour, Vase de fleurs avec cerises et amandes sur une table-1871

Même si les tableaux de fleurs forment la partie la plus célèbre de l’œuvre de Fantin-Latour, la plus séduisante et facilement reconnaissable, ils résistent à l’analyse des historiens d’art. Une apparente homogénéité a même conduit certains à minimiser l’importance de cette production, la soupçonnant d’être répétitive voire, horreur suprême, commerciale. Il est vrai que Fantin s’est constitué une solide clientèle pour ces tableaux, en particulier en Angleterre, et qu’il en a produit abondamment. Mais si l’on veut bien s’arrêter devant le défilé silencieux de cette infinité d’espèces, observées avec une passion de botaniste et arrangées dans des vases non moins divers, on réalise qu’il s’y joue un magnifique chapitre de l’histoire du goût, à la charnière entre préciosité fin de siècle et modernité. La composition de ces bouquets est partie intégrante de la peinture : c’est là que sont posées les lignes, les couleurs et dans une large mesure, le style.


En savoir plus sur l’exposition au musée de Grenoble : www.museedegrenoble.fr


photo ci-dessus : Henri Fantin-Latour, Iris (iris xiphonoides), delphiniums hybrides et juliennes des dames (hesperis matronalis), 1871, Londres, Victoria & Albert Museum, legs Constantine Alexander Ionides