La peinture orientaliste : du fantasme au réel

Mercredi 5 février 2020 à 19h30, auditorium du musée de Grenoble
La peinture orientaliste : du fantasme au réel
Une conférence présentée par Serge Legat, conférencier des musées nationaux
Dans le cadre du cycle « Un certain regard sur la peinture du XIXe siècle »


L’Orientalisme n’est ni un style, ni un mouvement artistique, ni une école de peinture. La peinture orientaliste connaît son apogée au XIXe siècle, avant qu’au siècle suivant, le démantèlement de l’Empire colonial français et l’Indépendance de l’Algérie en 1962 ne marquent la fin de cette représentation artistique en France. Le harem, peuplé d’odalisques lascivement alanguies, devient le lieu clos de tous les fantasmes masculins et génère ainsi un exceptionnel phénomène de fascination-répulsion. Dans le temps, s’affirme et s’impose l’Orient du voyageur dans le sillage d’Eugène Delacroix qui, en 1832, accompagne la mission diplomatique de l’Ambassade extraordinaire du Comte de Mornay auprès du sultan du Maroc et qui emplit ses carnets de croquis et d’aquarelles. Ces carnets de voyage marquent la parfaite transition entre l’Orient rêvé et l’Orient observé. De l’Orient mythique à l’Orient vécu, la réalité se substitue au fantasme mais le rêve de l’Orient ne meurt pas et l’œuvre de Matisse en sera la plus belle et la plus poétique expression.

plein tarif 10€ – tarif adhérent 8 € – réduit 4 €


photo : Eugène Delacroix, Moulay Abd-Er-Rahman, sultan du Maroc, sortant de son palais de Meknès, entouré de sa garde et de ses principaux officiers, 1845, Musée des Augustins de Toulouse